12 mars 2010

Un JV qui tourne au cauchemar

Un JV qui tourne au cauchemar

je me rends à un meeting à Shanghai pour rencontrer une partie des investisseurs français et en théorie le partenaire chinois, avec mon collègue chinois en charge de la production.
Le chinois n’est pas là et les investisseurs français demandent d’abord à me parler seul à seul, je me doute quelque chose ne va pas, je comprends rapidement malgré le fait qu’ils restent tourner autour du pot, ils sont entrain de m’annoncer que je suis licencié…

Après avoir perdu ma copine, je perds mon boulot…
Comment en ai-je pu arriver là? Alors qu’il y a encore 4 mois je vivais la période la plus heureuse de toute ma vie. Comment ai-je pu tomber si bas alors que je tenais toutes les cartes en main?
Bien que j’ai le sentiment de payer pour des erreurs que je n’ai pas commises, j’y ai aussi ma part de responsabilité. Voici mon analyse de cet échec et les leçons que j’en tire.

Chronologie d’un projet voué à l’échec :

2008 création de la JV, à ce moment là je ne suis pas en charge, j’ignore même l’existence du projet. C’est une autre française qui en charge et qui craquera au bout de 6 mois, peut avant l’ouverture de la première boutique en Décembre 2008. Les premières erreurs et les raisons principales de l’échec sont déjà là: investissement sous-évalué, les investisseurs ont tous leurs activités à coté et ne peuvent pas vraiment se consacrer à ce projet, pas de réel leader, mauvais design de la boutique et du concept qui ne correspondaient pas du tout à l’attente des chinois, et surtout très mauvais choix de l’emplacement! L’ouverture en décembre n’arrange rien, les ventes sont catastrophiques.

Janvier 2009, je tombe sur l’annonce pour ce poste en V.I.E. sur le site civiweb, je postule.

Mars 2009, après avoir passé l’entretient, on m’annonce que je suis le candidat sélectionné, cependant à cause de mésentente avec le partenaire chinois, je vais devoir patienter en France un peu plus longtemps. Et je débuterais en contrat local, le V.I.E. devrait se faire en octobre.

Mai 2009, dès le matin de mon arrivé en Chine, on m’annonce que le partenaire chinois veut changer le nom de la marque, je ne suis pas d’accord. 3 jours après, on m’annonce que notre seule boutique va fermer d’ici la fin de la semaine!!! Juste en début de saison, en voilà une idée qu’elle est bonne

lire la suite sur http://julien-in-china.over-blog.com/article-du-reve-au-cauchemar-45689085.html





Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire