31 juil. 2010

La croissance chinoise risque de baisser selon les grands sidérurgistes

La croissance chinoise risque de baisser selon les grands sidérurgistes


Une réflexion plein de sens:
Les grands sidérurgistes mondiaux mettent en garde contre un possible impact du ralentissement de la croissance économique chinoise sur leurs bénéfices du second semestre.

Le secteur sidérurgique mondial, qui pèse quelque 500 milliards de dollars, est considéré comme un bon baromètre de l'économie

En Effet, il sert les deux piliers que sont la construction et l'automobile.


ArcelorMittal et Nippon Steel n'en ont pas moins publié mercredi de solides résultats au titre du 2ème trimestre.

La forte baisse des prix en Chine ont conduit les sidérurgistes à réduire leur production et le marché pourrait se retrouver dans une situation d'offre encore plus excédentaire alors que Pékin durcit sa politique et réduit ses exportations.

ArcelorMittal, premier groupe mondial de sidérurgie, a dit s'attendre à une baisse marquée de ses résultats au troisième trimestre sous le coup d'un ralentissement de la croissance en Chine, d'une baisse saisonnière de l'activité et d'une hausse des cours des matières premières.

Nippon Steel, quatrième producteur mondial d'acier, a aussi fait état de prévisions inférieures à celles attendues par le marché compte tenu du ralentissement de la croissance du PIB chinois.


Mardi, le japonais JFE Holdings, cinquième sidérurgiste mondial, avait déjà diffusé des prévisions prudentes et inférieures au consensus pour l'exercice, après avoir publié des résultats en net recul au deuxième trimestre 2010 par rapport au premier.

L'américain US Steel a fait état le même jour de perspectives mitigées.

Le sud-coréen POSCO, troisième sidérurgiste mondial, avait fait savoir dès la mi-juillet qu'il tablait sur une chute de 30% de son bénéfice au second semestre, les prix de l'acier accusant le coup sous l'effet d'une moindre demande chinoise.

En juin, Xu Lejiang, le président de Baosteel, premier sidérurgiste chinois, avait pour sa part estimé que le secteur faisait face à son pire trimestre de l'année, en évoquant des prix des matières premières élevés et une demande terne.

Le déstockage en Chine devrait toutefois être temporaire et les fondamentaux du marché sont solides, a estimé mercredi ArcelorMittal. Et chez Nippon Steel, Shinichi Taniguchi a dit à la presse que le groupe japonais prévoyait "qu'au moment où la situation se stabilisera en Chine au deuxième semestre, le marché de l'acier en Asie se reprendra".

source reuters

Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire