12 sept. 2010

L'affaire des bateaux de pêches chinois

L'affaire des bateaux de pêches chinois

La Chine s'oppose fermement à toute sorte d'enquête menée par la partie japonaise sur le bateau de pêche chinois illégalement détenu par le Japon, a annoncé dimanche la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu.

Les autorités japonaises ont remorqué dimanche matin le chalutier chinois dans la mer au large de l'île Ishigaki dans la préfecture d'Okinawa pour reconstituer une scène de collision entre deux navires de garde-côtes japonais et le bateau chinois au large des îles Diaoyu dans la mer de Chine orientale.

Dans un communiqué écrit, Mme Jiang a souligné que les soi-disant activités d'acquisition de preuves par le Japon étaient illégales, invalides et en vain.

La Chine demande au Japon de cesser toute activité qui pourrait aggraver la situation, a-t-elle déclaré.

La Chine demande une libération immédiate et inconditionnelle des pêchers et du bateau chinois, ce qui est, selon la porte-parole, le seul moyen pour résoudre le problème.

Malgré les protestations de la Chine, les garde-côtes japonais ont arrêté mercredi le capitaine du bateau de pêche chinois, car ce dernier est suspecté "d'obstruction à une mission publique".

  Tous les 14 pêcheurs chinois se trouvent à bord du chalutier, détenu au port d'Ishigaki, a appris l'Agence de Presse Xinhua (Chine Nouvelle).

  Le capitaine Zhao Qixiong, un Chinois âgé de 41 ans, a été emmené dans un poste de police local sur l'île Ishigaki après qu'un tribunal local l'ait condamné vendredi à une détention de dix jours jusqu'au 19 septembre.

  Le conseiller d'Etat chinois Dai Bingguo a appelé dimanche matin le Japon à prendre "une décision politique sage" et à libérer immédiatement les pêcheurs et le bateau de pêche chinois.


source CRI

Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire