26 juil. 2013

Les marchés européens craignent la Chine

Alors que l'Europe est en train de se traînait hors de la récession, celle-ci n'a pas réussi à évaluer le risque du ralentissement de la croissance de la Chine et son impact sur les bénéfices des sociétés.



Les dernières données apparues concernant certains pays de l’Europe, dévoilent que les entreprises allemandes commencent à avoir une meilleure situation et que le niveau de l'économie britannique s’améliore. Toutefois, malgré cette situation qui semble pour le moins optimiste, le ralentissement de croissance de la Chine déclenche un doute auprès des entreprises européennes. « Nous ne nous attendons pas à une forte reprise en Europe », a récemment déclaré Philippe Gudin de Vallerin, chef de « l’European economics research » à Barclays. "Les risques sont en provenance de Chine où nous avons vu une preuve supplémentaire de son ralentissement de l'économie."
Pourtant l’économie européenne s'est améliorée durant ces trois derniers mois et de manière consécutive, cette hausse est notamment due à la hausse des exportations et de la demande des consommateurs. Le Royaume-Uni a dernièrement partagé ces chiffres qui dévoilent une augmentation de 0,6% entre Avril et Juin par rapport aux trois mois précédents, et de 1,4% par rapport à la même période il ya un an. Cette performance est la meilleure qu’elle ait eue depuis début 2011. L’Espagne a quant à elle dévoilé une légère baisse du taux de chômage, la première depuis deux ans.



Alors pourquoi le marché européen reste-il craintif ? Le marché des actions continue de perdre du terrain après une récente hausse. En effet, les investisseurs dévoilent que les résultats, pour le moins mitigés ces derniers temps, sont du au ralentissement de la croissance de la Chine. Par exemple, BASF (allemande), qui est l’une des plus grandes entreprises chimique du monde, fait partie des grands perdants du marché des actions. L’entreprise a notamment cité le ralentissement de la Chine comme source de sa situation et comme devenant une préoccupation majeure."Le moteur de la croissance chinoise ne fonctionne plus à pleine puissance», a déclaré la firme allemande.
Les actions chinoises ont dernièrement subi leur deuxième défaite consécutive jeudi dernier, en dépit des mesures mises en place par le gouvernement pour stimuler l'économie (y compris l'aide pour les exportations et les investissements). Pour avoir un ordre d’idées, l’indice d’action de l’Asie-Pacifique (hors Japon)  a chuté de 0,3%. Ces inquiétudes concernant également le marché des produits de base où le cuivre a reculé de 0,5%  soit 7,023 $ la tonne. Concernant le pétrole brut celui-ci a connu une baisse de 0,60 $  passant le prix du baril à 106,59 dollars. « Nous pensons que la Chine va continuer à nous mettre sous pression et pourrait ensuite peser sur le marché des métaux », a déclaré Natalie Rampono, appartenant au groupe « Australia and New Zealand Banking ».


Aucun commentaire:

Publier un commentaire