15 déc. 2009

Saab n'a toujours pas trouvé de repreneur

Saab n'a toujours pas trouvé de repreneur, le constructeur suédois a signé un accord avec le chinois BAIC, qui récupère l'outillage des anciennes 9-3 et 9-5.

Depuis le retrait de son compatriote Koenigsegg fin novembre, Saab n'a jamais été aussi près de rejoindre Pontiac et Saturn au cimetière des marques sacrifiées par General Motors. Le chinois BAIC (Beijing Automotive Industry Holdings Co. Ltd), qui avait soutenu Koenigsegg dans son projet de rachat, n'a pas voulu tenter l'aventure seul. En revanche, il a confirmé son intérêt pour les technologies Saab et annoncé lundi l'acquisition de l'outillage destiné à la fabrication de la 9-3 (la phase 1, produite jusqu'en 2007) et de la 9-5 (la première version également, arrêtée en 2005).

Outre les outils de production des deux berlines scandinaves, l'accord inclut un suivi par les ingénieurs Saab de la technologie maison chez son nouveau propriétaire. Concrètement, la 9-3 et la 9-5 devraient subir à peu de chose près le même sort que la Rover 75, dont les restes ont été accommodés à toutes les sauces par SAIC (Shanghai Automotive Industry Corporation). A la manière des Roewe de ce dernier, les deux ex-Saab constitueront sans doute à peu de frais les bases d'une nouvelle marque premium au sein de la galaxie BAIC.


Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire