15 avr. 2010

croissance de +12% pour la Chine

Croissance de +12% pour la Chine

La Chine a vu son économie bondir de près de 12% sur un an entre janvier et mars, un niveau inégalé depuis 2007 qui, pour certains analystes, pourrait être la prémisse d'une surchauffe et apporter de nouvelles pressions sur les taux d'intérêt et la monnaie chinoise.
Après avoir renoué avec une croissance à deux chiffres au dernier trimestre 2009 (+10,7% sur un an), le marche chinois enregistré une hausse de 11,9% en glissement annuel de son produit intérieur brut (PIB) début 2010, a annoncé jeudi le Bureau national des statistiques BNS.
"Il y a des signes de surchauffe", a estimé Stephen Green de Standard Chartered dans une note.
"La clef sera l'aptitude des autorités à orienter l'économie sur une voie plus durable, ou si une inflation généralisée et/ou des bulles d'actifs éclatent au second semestre et déclenchent un ralentissement en 2011", a-t-il ajouté dans une note.


"Ca va un peu trop vite. Des mesures de contrôle sont nécessaires pour empêcher une surchauffe", a dit à l'AFP Ben Simpfendorfer, économiste de Royal Bank of Scotland.
Mais la forte hausse du PIB est aussi due au fait qu'elle est calculée par rapport à un premier trimestre 2009 durant lequel l'économie chinoise n'avait progressé que de 6,2%, rythme enviable pour les économies occidentales mais faible pour le géant asiatique.
Aussi Mark Williams, analyste de Capital Economics, tempère-t-il les risques d'emballement de l'économie.


"A première vue, les chiffres pourraient suggérer la surchauffe. Mais l'accélération en glissement annuel est entièrement due à la faiblesse d'il y a un an. Comparé d'un trimestre sur l'autre, la croissance a continué de décélérer", explique-t-il.
"La pression sur les prix aussi semble s'alléger. Si nous nous attendons à des mesures au cours du prochain trimestre, elles n'ont pas besoin d'être extrêmes", ajoute-t-il.
L'inflation, négative l'an dernier, est de nouveau en hausse mais à 2,2% entre janvier et mars, reste sous la barre officielle des 3% fixée pour l'année, selon le BNS.
En mars, la hausse de l'indice des prix à la consommation, de 2,4% sur un an, s'est même "légèrement modérée par rapport aux 2,7% de février"', relève Jing Ulrich de JP Morgan, qui prévoit un indice en hausse de 3,2% en 2010.


Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire