7 mars 2014

Les dépenses militaires en Chine

Les dépenses militaires en Chine


Si elle s'inscrit dans la continuité des hausses précédentes, l'augmentation de 12,2 % du budget de la défense chinoise pour l'année 2014, annoncée mercredi 5 mars lors de l'Assemblée nationale populaire, n'a pas manqué de susciter des réactions à l'étranger, à un moment où l'irrédentisme chinois dans les mers de Chine rend de plus en plus nerveux ses voisins asiatiques

Pékin s'est empressé de se justifier en rappelant son principe d'émergence pacifique. « Vous croyez que l'armée de libération populaire, ce sont des boy-scouts avec des lances ?, s'est exclamé mercredi le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Qin Gang. Et comment pourrions-nous sauvegarder la sécurité nationale et la paix mondiale, dans ce cas ? » A 808 milliards de yuans (96 milliards d'euros), le nouveau budget de la défense chinois approche du double de ce qu'il était en 2008, après quatre années consécutives de croissance à deux chiffres (dont 11,2 % en 2012 et 10,7 % en 2013). Il est le deuxième du monde, même s'il ne représente qu'un cinquième de celui des Etats-Unis (près de 460 milliards d'euros). Le Pentagone estime toutefois que les dépenses militaires chinoises réelles pourraient atteindre le double de celles annoncées. TRANSFORMER LA CHINE EN « UNE PUISSANCE MARITIME » Devant le Parlement chinois, le premier ministre, Li Keqiang, a insisté, mercredi, sur l'importance « de la préparation au combat » des forces armées chinoises et de la transformation de la Chine en « une puissance maritime ». Il a jouté à l'adresse du Japon : « Nous défendrons les fruits de la victoire de la seconde guerre mondiale et l'ordre international de l'après-guerre. Nous ne laisserons personne renverser le cours de l'histoire. » La Chine, engagée dans une épreuve de forces avec Tokyo autour des îles Senkaku/Diaoyu, n'a cessé de fustiger la résurgence du « militarisme nippon » sous l'administration Abe. A Tokyo, le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a déclaré que « la transparence, ou plutôt l'absence de transparence, de la politique de défense et des capacités militaires de la Chine est devenue un motif de préoccupation pour la communauté internationale ». Les médias officiels chinois ont largement mis en avant les « défis de sécurité » qui se posent à la Chine. Comme l'explique dans un éditorial le Huanqiu Shibao (Global Times), connu pour ses positions nationalistes, la Chine est, parmi les puissances globales, « celle qui fait face au plus grand nombre d'incertitudes », car « l'Occident continue d'être mal à l'aise avec le système politique chinois » et « l'idée de le renverser existe toujours dans l'esprit de certains Occidentaux ». « CONFRONTÉE AU SÉPARATISME À SES FRONTIÈRES » En outre, poursuit le quotidien, la Chine a « des conflits territoriaux avec plusieurs pays et est confrontée au séparatisme à ses frontières » – une référence aux tensions récurrentes en mer de Chine orientale (avec le Japon) et méridionale (Philippines et Vietnam), au Tibet et au Xinjiang. Enfin, poursuit l'éditorialiste, « la puissance militaire chinoise est loin d'être suffisante pour présenter la moindre protection aux très larges intérêts de la Chine outremer » découlant de sa position de grande puissance commerciale
lire plus d'informations sur lemonde 


Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire