18 oct. 2010

La guerre des monaies

La guerre des monnaies

La guerre des monnaies sera au menu du G20 qui aura lieu en Corée, les 11 et 12 novembre prochains. Depuis plusieurs mois, la pression s'accentue sur la Chine pour qu'elle réévalue le yuan. Malgré le léger assouplissement annoncé en juin dernier, Pékin fait de la résistance.

Le débat n'est pas fini. Les membres du G7, réunis à Washington pour un dîner le vendredi 8 octobre, ont convenu que les mouvements désordonnés et excessifs de taux de change n'étaient pas souhaitables. Sous la pression des pays occidentaux, qui l'accusent de maintenir artificiellement bas le niveau du yuan, la Chine a refusé de changer de cap. Elle a indiqué qu'elle poursuivrait la réforme de sa politique de change à son propre rythme.

La Chine joue la montre, en mettant en avant ses propres inquiétudes concernant les perspectives économiques mondiales. Des inquiétudes par ailleurs partagées aux Etats-Unis et en Europe. Le gouverneur de la Banque centrale chinoise a également souligné que l'impact d'un relèvement soudain du yuan sur la croissance économique chinoise était hautement incertain. «La Chine souhaite donc attendre que toutes ces incertitudes soient levées avant de réévaluer sa devise

«Sur le long terme, en effet, les Occidentaux cherchent à rééquilibrer les relations commerciales et espèrent voir l'économie chinoise dépendre davantage de la consommation intérieure que des exportations», explique Wei Yao, économiste Chine chez Société Générale CIB. Selon elle, les grands rendez-vous internationaux comme le G20 offrent une plateforme idéale aux Etats-Unis ou à l'Europe pour accentuer leur pression politique sur Pékin, faisant de la Chine «une cible facile». De fait, personne n'a critiqué les récentes interventions du Japon sur le marché des changes, souligne Société Générale CIB dans une note récente.

Source le figaro

Olivier
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire