26 mai 2017

Marseille, prochain pont commercial entre la Chine et la France

Marseille, prochain pont commercial entre la Chine et la France



Le projet a été entrepris par Dingguo Chen, grossiste à Belsunce (quartier proche de la canebière à Marseille) et président du projet de construction de la nouvelle zone commerciale baptisée MIF 68(Marseille International Center 68), et par le groupe immobilier Résiliance, propriétaire du terrain sur lequel le centre commercial est en train d’être construit, ayant soutenu ce projet à hauteur de 30 millions d'euros.

L
’objectif étant de donner vie à un espace qui était, jusqu’au début du chantier, inexploité et s’étalant sur pas moins de 6 hectares.
Une fois achevé, le centre commercial, prévu pour juillet 2017, accueillera ses 100 premières boutiques et comprendra près de 200 entreprises en 2018, parties sur 60 000 mètres carrés et entourées de 180 000 mètres carrés d'espaces verts, ce qui en fera un des plus grands centres sino-européens du textile. Il comprendra des magasins avec showrooms pour les grossistes importateurs, ainsi que des agences de représentation de fabricants asiatiques et d'entreprises européennes commerçant avec la Chine. De nombreux espaces de stationnements, de restauration ou autres installations sont également prévus.

Un emplacement stratégique pour la Chine et la France.



Situé sous le site de Grand Littoral(centre commercial au nord de Marseille), le choix de cette localisation s’est fait par rapport à sa proximité avec l’autoroute, le port et laéroport.

Si les grossistes de la rue du Tapis-Vert ont choisi de sortir du centre-ville, c'est pour des questions de commodités, s’explique Gurvan Lemée, co-gérant du groupe immobilier Résiliance : "Dans la rue du Tapis-Vert, ce n'est pas du tout pratique en termes de livraison car ça bloque la circulation. C'est dur de décharger. (...) Quand les Chinois sont arrivés il y a 25 ans, ils se sont installés là où il y avait des locaux disponibles. C'était un peu comme le Sentier à Paris, vous aviez à Marseille la rue du Tapis-Vert et ses petites rues où il y avait déjà des couturiers. Aujourd'hui, on est dans une économie beaucoup plus globalisée où les vêtements viennent aussi bien de Toscane (notamment la petite ville de Prato, au nord de Florence), directement de Chine ou d'ailleurs dans le monde. »

Si ces grossistes n’ont pas toujours été chinois, le commerce de gros à Marseille a connu un nouvel essor avec l’arrivée des grossistes venus de Chine, qui ont rapidement prospéré dans le quartier suite à la levée par l’Union Euroenne des quotas sur les importations de textile depuis la Chine en 2005. Ainsi, de nombreux chinois, majoritairement originaires de la province de Zhejiang, se sont depuis installés dans la troisième ville de France.

Pour Xavier Giocanti, gérant du groupe Résiliance, le MIF 68 est une bonne opération pour l’économie marseillaise, car ce sont 700 emplois qui pourront être créés dans les quartiers Nord et pourraient ainsi re-dynamiser un secteur de Marseille où le taux de chômage est très fort. En paralle, le quartier de Belsunce devrait respirer davantage avec  le désengorgement des rues du centre-ville, car en effet, leshicules de livraison n’auront plus besoin d’y passer. Les locaux laissés vides par les grossistes en partance pour le 15e arrondissement permettront d’implanter de nouvelles boutiques de vente au détail ouvertes au grand public ou des bureaux.

La ville de Marseille présente un réel avantage géographique pour les Chinois comme pour la France : proche de l'Italie, de l'Espagne, et de l'Afrique du Nord, elle est desservie par de nombreux vols low cost. De plus, le port de Marseille Fos est le deuxième port de Méditerranée : il dessert 400 ports mondiaux et a vu transiter près de 82 millions de tonnes de marchandises en 2015. Il dispose d'infrastructures permettant d'accueillir d'importantes activités industrielles, ce qui en fait un lieu stratégique pour le commerce international.


Stimuler le développement économique local


Le textile importé de Chine comporte des tissus de toutes qualités destinés à la réalisation de diverses pièces de vêtements, de tapis ou encore permettant la vente de rideaux discount. Ces tissus ne passaient jusqu’à présent que par d’autres ports. Pour Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, “La majorité des textiles fabriqués en Asie est importée en France via les ports du Havre et d’Anvers, alors que celui de Marseille dispose de toutes les infrastructures nécessaires. Le projet MIF 68 constitue donc une réelle opportunité pour capter ces flux commerciaux et renforcer le rôle stratégique de notre port pour le commerce international(en l’occurence avec la Chine). C’est à travers ce type de projet économique, porteurs d’emplois et d’avenir, que nous réussirons à bâtir une métropole dynamique et attractive, et que Marseille jouera pleinement son rôle de locomotive du développement économique du territoire métropolitain”.

De son côté, la Chine voit son horizon s’éclaircir. C’est sur le secteur commercial, très chahuté ces derniers mois, que la situation s’améliore désormais pour la deuxième économie mondiale. Si la Chine a connu une terrible chute dans son commerce extérieur pour l’année 2016(-7,7% sur l’exportation et -5,5% à l’importation), il semblerait que 2017 démarre sous de meilleures augures. En mars 2017, les exportations chinoises ont progressé fortement (+16,4% sur un an)d’après les statistiques publiées jeudi 13 avril par l’administration des douanes. Cette hausse est la plus forte enregistrée par le pays depuis un peu plus de deux ans.


Une bonne nouvelle qui tombe au moment opportun pour la ville de Marseille avec l’arrivée de cette nouvelle zone commerciale MIF 68.

lire aussi  La France a une bonne image en Asie 

Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire