19 sept. 2009

renforcer le contrôle des risques financiers des banques en Chine


La Commission de Régulation des Banques de Chine va renforcer le contrôle des risques financiers des banques en surveillant plus attentivement leur gouvernance, leur ratio de capital, leur gestion du risque de concentration des crédits, le ratio de provisions ainsi que la transparence de leurs informations, a fait remarquer mardi Wang Huaqing, secrétaire chargé de la discipline de la commission, lors d'une conférence de presse, organisée par l'Association bancaire de Chine et PricewaterhouseCoopers à Beijing.

La vigilance de ce contrôle doit en particulier se concentrer sur les emprunts à long terme et la concentration des crédits.

Ce haut fonctionnaire a appelé les banques chinoises à ne pas s'écarter d'une gestion "rationnelle, stable et prudente", car il y a encore de l'incertitude dans l'économie mondiale.

Ses commentaires reflètent les récentes inquiétudes sur une envolée de l'attribution de crédits bancaires dans le pays, encouragée par l'application d'une politique monétaire souple, car celle-ci pourrait représenter un véritable risque pour les organismes de crédit chinois et pourrait se répercuter sur la stabilité du système financier.

Les banques chinoises ont accordé 7 730 milliards de yuans (1 130 milliards de dollars) de nouveaux crédits sur les sept premiers mois de l'année, bien plus que l'objectif annuel de 5 000 milliards de yuans fixé en novembre dernier quand le gouvernement a baissé les restrictions au crédit dans un effort de freiner le ralentissement de la troisième économie du monde .

Selon un sondage rendu public pendant la conférence de presse, 81 présidents et vice-présidents de banques chinoises interrogés ont manifesté leurs préoccupations sur la gestion des risques financiers suite à cette augmentation dramatique. Le sondage ne précise pas, cependant, combien de responsables ont été consultés ni le nombre de banques interrogées.

Les banquiers estiment que le montant de mauvais crédits pourrait progresser, mais que leur ratio sur le total des encours resterait peu élevé, indique l'enquête. La moitié de ceux qui ont répondu pensent que le ratio de mauvais crédits de leur banque atteindrait 1% à 5% dans trois ans, et 30% de ces responsables pensent qu'il sera inférieur à 1%.

Certains cadres de banque ont mis en garde contre les risques dus à la multiplication des crédits. D'après eux, le rétablissement économique n'est pas encore ferme, la surcapacité est toujours un grave problème et la concentration des crédits sur quelques projets d'infrastructure et projets locaux devient de plus plus évidente.

A l'avenir, environ 80% des banquiers préféreraient prêter aux petites et moyennes entreprises, a révélé le sondage.

source


Olivier VEROT
Stratégie Chine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire